Dominique Gayman

A far cry

Posted in Non classé by Dominique Gayman on septembre 13, 2014

Nuit blanche 2014 > Les projets off du GRA > Open Musée Street Art Contemporain > Samedi 4 octobre 2014, de 21h30 à 02h00 > Ateliers M1D, 20 rue Primo Lévi, 75013 Paris

2568

A1A2A5A7

A FAR CRY Installation visuelle et sonore interactive réalisée en collaboration avec SHADOW_COLLECTIF
Françoise Anger – Christiane Blanc – Dominique Gayman – Thierry Dilger

SHADOW_COLLECTIF questionne le comportement prédateur et destructeur de l’homme sur une biodiversité concrétisée par des images animées et des sons de la forêt tropicale. La végétation se déploie sur les baies vitrées du 20, rue Primo Lévi. La grille et le poteau signalétique du trottoir deviennent des liens interactifs, les toucher entraîne la destruction sonore de la forêt. Ici agir, c’est détruire.

LOGO_M13_PartenaireNuit_blanche_2014

Commentaires fermés sur A far cry

délimiter.observer.réagir.

Posted in Non classé by Dominique Gayman on septembre 1, 2013

Work in progress, Christiane Blanc & Dominique Gayman

A partir d’installations-performances initiées en forêt primaire de Guyane en 2012, nous intervenons dans divers environnements : le mètre est utilisé comme gabarit et modalité artistique pour appréhender la vitalité de la nature, mais aussi la rencontre parfois brutale de l’homme avec la nature.

délimiter_observer_réagir
Nos installations s’inscrivent dans un parcours artistique nomade : forêt guyanaise, Parc de l’Institut français de Vienne,  Parc de Santana à Rio de Janeiro, etc..

cube_miroircube_miroir_1

cube_miroir_3rio_santana_3_1délimiter7

> Captation d’un mètre cube de biodiversité #4 (Cube miroir), Square de la Roquette, Paris 11e, septembre 2014
> Captation d’un mètre cube de biodiversité #3 (liens de toile blanche), Bienal internacional de ocupação publica, Rio de Janeiro, août 2013
> Captation d’un mètre cube de biodiversité #2, Institut français de Vienne, Palais Clam-Gallas, juin 2013
> Captation d’un mètre cube de biodiversité #1, Petit Yaoni, Pk.16, Guyane, novembre 2012

lienslien_2lien_3lien_4

Installations-performances, Guyane, novembre 2012 

c_blanc_d_gayman_m3_5c_blanc_d_gayman_m3_6

Un séjour de 4 semaines en forêt tropicale humide, la rencontre avec Delphine Miau-Boulanger, géologue, les échanges sur ses travaux de revégétalisation d’une nature détruite par l’orpaillage, ont favorisé l’expérimentation de formes artistiques utilisant des unités de mesure pour appréhender la vitalité de la nature.

A la démesure des éléments naturels observés, nous opposons le mètre comme mesure/étalon. Utilisation de 2 modules composés de liens de toile blanche : 1 cube de 1m3 et 1 carré de 1m2. Le m2 est aussi utilisé par les centres de recherche dans les tests de transfert de couches végétales pour revégétaliser l’espace naturel détruit.

c_blanc_d_gayman_installation_m3_4c_blanc_d_gayman_installation_m3_3

Mesurer la démesure, Forêt du PAG (Parc Amazonien de Guyane), Saül

« Capturing one square meter of biodiversity », « To mesure the un-mesurable »
Site specific installations-performances, forest of the PAG (Parc Amazonien de Guyane)
A four week stay in rainforest, meeting with a geologist, Delphine Miau-Boulanger, talks about her re-planting work, in damaged forest areas, gave ways to the experimentation of artistic forms using measurement units in order to grasp nature’s vitality. We oppose « measure », 2 white cloth standard units : a 1m3 cube and a 1m2 square to the excessive unmeasurable nature we observe. It happens that Delphine Miau-Boulanger makes use of 1m2 unit in her tests, transferring vegetable layers in order to re-plant destroyed natural land.

c_blanc_d_gayman_installation_m2c_blanc_d_gayman_installation_m2_j1

c_blanc_d_gayman_installation_m2_j2c_blanc_d_gayman_installation_m2_j3
Une semaine d’expériences végétales sur 1 m2 (extraits), forêt du PAG – Parc Amazonien de Guyane, Saut Athanase

1m2 de toile blanche créé un espace vierge. Au bout d’une semaine,  la toile se déforme sous la poussée des plantes et de multiples déchets végétaux s’entassent, se décomposent pour nourrir d’autres végétaux. La régénération naturelle est perpétuelle, les cycles sont sans fin.

« A one week vegetable experience on a 1 m2 cloth » (excerpt)
Site specific installation forest of the PAG – Parc Amazonien de Guyane

A 1m2 white cloth creates a virgin place on the forest soil. After a week’s time, plants have pushed up the cloth which has lost its square shape and various vegetable waste materials pile up on it, ready to decompose for the benefit of other vegetable forms.

Nature’s regeneration is everlasting, its cycles are endless.